KARINE

coach dynamo et maman.

Coach depuis : Janvier 2017

Formation : Diplôme en ingénierie chimique et Diplôme CQP-ALS

Autres projets : Maman de Corto

Mouvement préféré sur le vélo : Back en 2

Musiques préférées : Otis Redding et Curtis Mayfield à la maison – Definitely Maybe de Oasis pour un roadtrip

Artistes préférés : Les photographes Stephen Shore et Joel Meyerowitz – Les chanteuses Billie Holiday et Etta James

Endroits préférés pour les vacances : La maison de ma grand-mère près de l’Espagne

Péchés mignons : Le chocolat !

JEUNESSE ET DANSE

Née en France d’un père français et d’une mère malgache, j’ai deux frères dont je suis l’aînée. Dans ma jeunesse, on a beaucoup voyagé. Quand j’avais 4 ans, mon père a accepté un poste au Chili. J’ai eu la chance d’habiter à Santiago pendant 7 ans ! On en a profité pour visiter une grande partie de l’Amérique du Sud. Ce sont des souvenirs inoubliables.

Ma jeunesse a été marquée par ma passion pour la danse et la musique. À 4 ans, j’ai commencé la danse classique. Puis, j’ai découvert la danse jazz qui est rapidement devenue une passion. À l’adolescence, j’ai donc intégré le conservatoire pour la danse mais aussi le piano. Pendant mes années collège et lycée, j’y passais toutes mes soirées. Ma professeur de danse jazz était une ancienne danseuse de la Royal Ballet School de Londres. Je l’adorais, elle m’inspirait tellement !

Après le lycée, j’ai dû arrêter car j’ai commencé mes études supérieures qui m’ont demandé énormément de temps, et de déménager. Bien sûr, cela me manque parfois. Alors je prends régulièrement des cours, même si depuis je suis forcément un peu rouillée !

“À l’adolescence, j’ai donc intégré le conservatoire pour la danse mais aussi le piano. Pendant mes années collège et lycée, j’y passais toutes mes soirées.”

ÉTUDESET PREMIÈRES EXPÉRIENCES

À 20 ans, je suis partie de chez mes parents pour faire mes études. Aujourd’hui cela fait 8 ans que j’habite à Paris, et toute ma famille habite elle à Bordeaux.

En tant que fille de profs et étant plutôt bonne élève, j’ai fait des études assez classiques : maths sup, maths spé puis école d’ingénieur. J’ai un diplôme d’ingénieur chimiste. J’aimais beaucoup la chimie, essayer de comprendre ce qui se passe autour de moi à l’échelle des molécules, des réactions chimiques etc. À l’époque je voulais travailler dans les cosmétiques ou en pharmacie. Mais le système scolaire est très compliqué, et pas vraiment adapté aux envies et personnalités individuelles. Alors après mes premiers stages en recherche, je me suis rendue compte que ce n’était pas fait pour moi.

C’est à ce moment-là que j’ai découvert le marketing et le conseil. Mon premier job était dans une start-up qui faisait du conseil en innovation pour des entreprises. Le boss m’avait fait confiance suite à mon stage et proposé un contrat. J’avais 23 ans et j’étais la plus jeune de la boîte. J’ai eu la chance que tout le monde me fasse confiance et ait envie de m’apprendre des choses. J’ai énormément grandi pendant cette expérience. Même si parfois j’avais l’impression de faire n’importe quoi, mes erreurs m’apprenaient tellement de choses !

Après trois ans, j’ai eu l’impression d’avoir fait un peu le tour, donc je me suis mise à mon compte. Je voulais pouvoir choisir mes projets. J’ai eu la chance de trouver facilement du boulot, en grande majorité dans le digital. J’ai travaillé pour plein de domaines : des startups, des marques de luxe, la pharmacie … Lorsque je suis devenue coach dynamo, j’ai d’abord gardé mon activité de freelance à côté, mais j’ai voulu vite me consacrer pleinement à dynamo qui me faisait vraiment vibrer !

Avec le temps, j’ai appris qu’il faut s’écouter avant tout. Apprendre à ne pas faire toujours plus, prendre le temps de ne rien faire et de faire ce qui nous plait vraiment. Apprendre à ne pas culpabiliser si on dit non, si on se fait passer en premier. Passer du temps avec les gens qu’on aime. Se dire qu’on s’aime aussi. Essayer autant que possible de focaliser sur les trucs bien plutôt que ceux qui nous agacent ou qu’on a raté. Comme beaucoup de monde, j’ai tendance à noter les moments où je suis déçue de moi plutôt que ceux où je suis vraiment fière, mais c’est quelque chose sur lequel je travaille. J’apprends à aimer les petites victoires du quotidien. Les petits trucs où tu te dis “là, j’ai géré”. J’ai souvent ça avec mon fils, car devenir parent est un apprentissage de tous les jours, et cela te fait tout remettre en question. On a pas mal de certitudes et avoir un enfant te remet en place !

“J’ai appris qu’il faut s’écouter avant tout.
Apprendre à ne pas faire toujours plus, prendre le temps de ne rien faire et de faire ce qui nous plait vraiment.”

SPORT

J’ai toujours beaucoup aimé l’ambiance et les valeurs du sport. Pourtant, jeune, j’avais du mal avec les sports collectifs. C’est seulement après l’adolescence que j’ai commencé à prendre des cours dans des salles de sport, sur le campus où je faisais mes études. Abdos fessiers, yoga, step, je faisais un peu de tout, j’aimais juste me bouger et apprendre de nouveaux trucs, sans être pour autant très régulière …

Puis, j’ai commencé la course à pied. Et ça m’a vraiment plu. Alors, j’ai rejoint une team de course à pied. C’était le début de tous les clubs de running, et c’était très cool de courir avec d’autres gens, on faisait du renforcement musculaire, on s’inscrivait à des courses ensemble … J’ai commencé à faire des compétitions pour me challenger : 10km, Semi-marathon et Marathon de Paris. Mais, après ça, je me suis un peu lassée, sûrement parce que j’ai découvert dynamo et que je suis vite devenue obsédée par ça !

Ce que j’adore dans le sport c’est le dépassement de soi, l’envie de donner le meilleur, la sensation de plénitude après une séance, les endorphines que tu dégages. Tu sais que tu t’es fait du bien, tu sais que t’as pris du temps pour toi. Et du coup le reste de la journée, tu gardes les effets de ça avec toi. Par exemple, tu vas naturellement avoir tendance à manger bien, à t’endormir d’une bonne fatigue physique et avoir un bon sommeil, t’es apaisé et tu t’es défoulé. Tout cela te rend plus serein dans tes interactions avec les autres. Aujourd’hui, je ne pourrais plus me passer du sport dans ma vie !

Aujourd’hui, je m’intéresse beaucoup à ce qu’il se passe en moi. Le sport me permet de vraiment connecter avec mon corps. On a tendance à vivre beaucoup dans nos têtes, à privilégier l’intellect, surtout dans notre société. Mais c’est en train de changer, et j’ai l’impression qu’on prend conscience collectivement qu’on n’est pas obligé de couper la tête du corps. Qu’on peut aimer prendre soin de notre corps, même si on aime les trucs cérébraux. Qu’on peut être créatif, artistique et faire du sport. On se rend compte que tout ce que le sport apporte à ton corps, il l’apporte aussi à ta tête et ça te permet d’être plus concentré au quotidien, plus léger, centré et confiant.

NUTRITION ET RÉCUPÉRATION

De manière générale, j’aime beaucoup cuisiner et je m’intéresse à tout ce qui touche à la nutrition. Je suis végétarienne depuis 5 ans, et j’essaye de plus en plus de réduire le reste des produits animaux que je consomme (oeufs et fromage). Je consulte régulièrement un nutritionniste et un naturopathe pour avoir des conseils, surtout dans les périodes de changement de saison. Une semaine type ressemble à :

Un petit-déjeuner tous les matins. Les jours où je donne cours le matin, je prends juste un demi-fruit genre banane et je mange après mon cours. C’est plus ou moins toujours autour des mêmes recettes : porridge de flocons d’avoine, tartines avec de l’avocat, des fruits etc.

Au déjeuner, une assiette hyper complète pour garder de l’énergie tout l’après-midi. J’ai appris à associer les aliments et je connais maintenant ceux qui contiennent beaucoup de protéines et de bons nutriments. Je fais souvent une assiette composée avec : quinoa, riz ou pâtes complètes ; plein de légumes (surtout verts) ; et une légumineuse type pois chiches, lentilles, ou haricots rouges.

Le soir, les repas sont plus chaotiques ! On fait des gratins avec les restes, on se fait livrer indien. Pour moi, l’alimentation doit rester un plaisir à partager. Alors même si je fais attention à mon alimentation 70% du temps, j’aime qu’elle soit souple les 30% restants. Par exemple, j’adore le sucré, donc je vais souvent grignoter du chocolat ou des cookies. J’essaye de les faire moi-même comme ça je sais ce qu’il y a dedans mais bien sûr ça m’arrive aussi d’acheter des produits industriels !

“Pour moi, l’alimentation est et doit rester un plaisir, un plaisir à partager.”

A côté de mon alimentation, je me complémente en vitamine B12 pour mon régime végétarien et je prends de la spiruline tous les jours pour me maintenir en forme physique et mentale. J’ai aussi appris à faire des cures régulièrement dans l’année. En ce moment je prends par exemple de l’extrait de pépin de pamplemousse pour renforcer mon immunité.

Bien sûr, pour récupérer, il n’y a pas de secret : le plus important, c’est le sommeil ! Le soir j’essaye de ne pas veiller trop tard. J’essaye de bien m’étirer matin et soir, de prendre du temps pour me recentrer. Quand j’ai le temps, je fais aussi de la méditation guidée avec Headspace. Et dès que je peux j’utilise mon foam roller pour masser mes jambes en profondeur, si je sens que j’ai forcé je prends un bain chaud et j’utilise une huile tonifiante pour mes jambes.

DYNAMO

C’est peut être un peu cliché, mais la première fois que j’ai fait un cours dynamo j’ai trouvé ça complètement dingue. En fait, j’avais jamais vu quelque chose de similaire auparavant. Bien sûr, je ne comprenais rien du tout, je n’arrivais pas à trouver la bonne position, j’étais hyper essoufflée et je suis restée assise pendant presque tout le cours ! Pour autant, j’ai ressenti une énergie incroyable, un truc dans l’air, une ambiance avec la musique à fond, les bougies, les gens autour de moi qui envoyaient tout ce qu’ils avaient. C’était aussi la première fois où, pendant une séance de sport, j’entendais un discours aussi motivant avec des métaphores, des parallèles, un désir de partager des histoires sincères, des mots qui résonnaient en moi et prononcés au moment où j’étais à deux doigts de lâcher. Cela m’a porté et m’a aidé à vouloir me dépasser. Dans les semaines qui ont suivi, je suis revenue une fois par semaine, et là ce qui m’a accroché c’est l’envie de progresser.

Comme beaucoup de monde, je suis devenue (vite) vraiment accro. Je venais plusieurs fois par semaine. Cela a pris de plus en plus de place dans ma vie ; ça m’aidait à débloquer des situations extérieures, ça me permettait d’y voir plus clair. À chaque fois que je venais, c’était comme si je débloquais des choses, je comprenais un nouveau truc. Je progressais et j’évoluais. J’étais très admirative des coachs qui nous guidaient avec cette aura et un truc bien à eux.

“À chaque fois que je venais, c’était comme si je débloquais des choses, je comprenais un nouveau truc. Je progressais et j’évoluais.”

En 2016, dynamo a annoncé de nouvelles auditions et j’ai eu envie de les passer ! Cela faisait un moment que je me disais que j’avais moi aussi des choses à partager, à dire. En tant que cliente, dynamo m’avait aidé sur plein d’aspects de ma vie, j’avais envie de transmettre aux autres à mon tour. Pour moi, dynamo est un espace où tu peux te sentir bien, libre, toi-même. C’est un terrain où on peut tous partager notre énergie, s’inspirer, se donner la force d’aller plus loin. Sans s’en rendre compte, le coach va dire un mot au bon moment, un rider va tenir quelques secondes de plus en double rythme, et ça va aider les autres. J’adore ces instants où à la fin d’une chanson, on sent qu’il s’est passé quelque chose. Je trouve ça fort de voir des personnes avec des parcours et des objectifs différents partager la même chose pendant ces 45 minutes. Mon objectif c’est que tout le monde reparte plus fier de lui qu’avant. Alors quand je construis mon cours j’essaye d’imaginer ce qu’on va ressentir sur cette musique-là, si on va réussir à se laisser transporter et lâcher prise, pour ensuite reprendre le dessus et se dépasser.

Aujourd’hui ça fait plus de 3 ans que je suis au planning et c’est toujours autant le job de mes rêves ! Comme mon mari, je suis heureuse et fière d’avoir réussi à faire de ma passion mon travail, et c’est ce que j’espère aussi pour notre fils Corto !

“Pour moi dynamo c’est un espace où tu peux te sentir bien, libre, toi-même.
C’est un terrain où on peut tous partager notre énergie, s’inspirer, se donner la force d’aller plus loin.”

RETROUVER KARINE POUR UN COURS

voir le planning